Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

En savoir plus
37

Avril, Jonathan et Fleur bleue, à trois partout tout le temps

article suivant
180629 Avril 23
Bbb Serrurier 20180704 032
38

Pour Kévin, pédaler c’est la clé

Le Cycloserrurier traverse Bruxelles pour vous dépanner avec son vélo-cargo électrique. L’entrepreneur se voit comme un précurseur dans son secteur et espère donner des idées à d’autres prestataires de services.

« Il ne se passe pas un jour sans qu’on m’interpelle dans la rue ou à un feu rouge ». Vert fluo sur fond noir, un cycliste avec à la main une clé géante, le logo du jeune serrurier attire les curieux qui prennent en photo le coffre de son vélo électrique.

« Le vélo m’a apporté un capital sympathie. Je vois vraiment une grosse différence par rapport à avant. Les gens sont plus souriants quand il me voit ou lorsque j’interviens chez eux. Je n’avais jamais eu ça. »

Kévin travaille depuis quinze ans pour Pierre Clabots, l’entreprise de sécurisation et de surveillance de bâtiments. « 15 ans de camionnette et de circulation à Bruxelles, ça laisse des traces. Le plus gros problème, c’est pour se garer. »

Un besoin d’indépendance, de liberté. Le serrurier a donc lancé sa propre activité d'installation et de dépannage à deux roues. Pendant les premiers mois, il a combiné sa petite entreprise avec son boulot d’employé. Aujourd’hui, il s’y dédie à temps plein.

Si ce papa d’un petit garçon de 5 ans a choisi le deux-roues, c’est aussi, car depuis son enfance, c’est un mordu de VTT. « Toute ma jeunesse à Anderlecht, j’ai pratiqué ce sport. Ça reste ma passion. Je voulais être un professionnel dans ce domaine ». Maintenant il gagne sa vie grâce au vélo, mais d’une autre manière.

« Le vélo donne une image plus positive de mon métier »

Economie de temps, d’argent (car le coût est inférieur à celui d’une voiture), souci d’écologie, l’entrepreneur à vélo vante les mérites de son moyen de transport pour les petites sociétés comme la sienne.

Surtout, il est heureux de constater les effets de ce nouveau mode de déplacement dans le regard de ses clients. « D’habitude, le serrurier a mauvaise presse. On nous prend pour des arnaqueurs. Le vélo donne une image plus positive de mon métier. Les clients sont plus enthousiastes quand ils me voient arriver. »

Kévin essaye de motiver d’autres jeunes à s’engager sur cette voie. Il a participé en tant qu’intervenant à une conférence d’entrepreneurs à vélo organisée par le café-vélo Tandem, installé cet été à Molenbeek. « Le fait d’en parler autour de soi peut motiver les autres à se lancer », conclut-il.

Un article de Flavie Gauthier

Photos par Jonathan Borms